Alain Hogue
photographe

Les objectifs (lentilles) pour la photo de nature



Le choix d'un objectif est une étape critique pour la réussite de vos photos. C'est non seulement la pièce d'équipement la plus importante, mais c'est aussi souvent la plus dispendieuse. Donc, si vous avez un budget restreint, je vous conseil donc d'économiser sur l'achat de votre appareil photo afin de pouvoir investir davantage pour un objectif de qualité.

Il y a 7 grandes spécialités en photographie de nature. Chacune d'elle requière l'utilisation d'objectifs particuliers. Dans cette rubrique, il ne sera question que des objectifs pour la photographie macroscopique, d'oiseaux, d'animaux et de paysages. Mes connaissances dans les autres disciplines ne sont pas suffisantes pour vous conseiller adéquatement.


Cette spécialité consiste à réaliser des plans rapprochés de petits sujets tel que les insectes et les fleurs sauvages. Comme son nom l'indique, pour faire ce genre de photos vous avez habituellement besoin d'un objectif macroscopique que l'on appelle communment "objectif macro". Il est aussi possible de réaliser des photos macroscopiques de qualité avec certains types de télé-objectifs. Toutefois, l'utilisation d'un objectif macro de qualité demeure encore votre meilleur choix.

Les objectifs macros sont disponibles en focales fixes et en focales variables (zoom). Différents critères doivent être considérés pour le choix d'un bon objectif macro.

1- Longueur focale (objectifs macros)

Le facteur de grossissement d'un objectif macro dépend de sa la longueur focale combinée à sa distance minimale de mise au point. Ainsi, un objectif d'une longueur focale de 100mm qui affiche une distance minimale de mise au point de 15 cm procurera un facteur de grossissement plus élevé qu'un objectif de 100 mm dont la distance minimale de mise au point ne serait que de 25 cm.

Dans la fiche technique des objectifs macros, le facteur de grossissement est indiqué en terme de ratio. Par exemple un objectif qui a un ratio 1:1 permettra de reproduire la taille réelle de votre sujet sur le capteur. Un objectif qui n'offre qu'un ratio de 1:4 ne reproduira que 1/4 de la taille réelle de votre sujet sur le capteur (ou sur la pellicule). Je vous recommande de vous procurez un objectif dont le facteur de grossissements est d'au moins 1:2. L'idéal demeure un objectif de 1:1.

Cela dit, il est très important de prendre en considération à quelle distance du sujet doit se trouver l'extrémité de l'objectif pour obtenir le ratio de grossissement promis. Si vous êtes obligé d'approcher l'objectif trop près du sujet pour atteindre le grossissement maximum, cela peut poser de sérieux problèmes. Par exemple, dans le cas de sujets vivants (araignées, papillons,), l'obligation d'approcher son objectif trop près peu effrayer votre sujet et provoquer sa fuite. En étant trop près de votre sujet, votre corps peut également causer des zones d'ombres indésirables. Par ailleurs, vous aimerez sûrement réussir les gros plans de vos rêves sans être continuellement obligé de vous coucher par terre.

Il existe sur le marché toute une panoplie d'objectifs macroscopiques. Méfiez-vous des objectifs de moins de 70mm qui promettent un grossissement de 1:1. En achetant ce genre d'objectif, vous risquez de revenir à la maison avec des vêtements sales et des photos décevantes. L'objectif idéal est celui qui procurera un facteur de grossissement élevé (p.ex. 1:1) à une distance minimale de mise au point relativement éloignée.

2- Luminosité et ouverture (objectifs macros)

C'est la taille de l'ouverture qui va déterminer la quantité de lumière qui traversera l'objectif pour atteindre le capteur de l'appareil. Plus le chiffre d'ouverture "f" affiché sur l'objectif sera petit, plus l'ouverture maximale de l'objectif sera grande et laissera passer plus de la lumière. Par exemple, un objectif f2.8 laissera passer deux fois plus de lumière qu'un objectif f4 et quatre fois plus qu'un objectif f5,6. Un objectif plus lumineux permettra d'utiliser des vitesses d'obturation plus élevées ce qui peut s'avérer utile pour figer le mouvement. De plus, un objectif lumineux permetta de recourir des profondeurs de champs plus élevées et d'avoir une plus grande partie du sujet au foyer. Finalement, un objectif plus lumineux réduira le besoin de recourir à la lampe éclair (flash) et facilitera l'usage de multiplicateurs.

3- Autres critères (objectif macros)

Au moment d'acheter un objectif macro, il est également important de vérifier sa compatibilité avec les différents modèles de lampes éclairs de type "anneau" disponibles sur le marché. La lampe éclair anneau est un outil précieux et incontournable en macrophotographie. Ces lampes sont disponibles en éclairage "led" ou en éclairage "tube". Toutefois, les lampes et les adapteurs disponibles sur le marché ne conviennent pas à tous les objectifs. Avant d'acheter un objectif macro, assurez-vous que vous trouverez sur le marché des lampes anneaux qui s'adapteront à son diamètre.



À mon avis, la photographie d'oiseaux est de loin la spécialité photographique la plus difficile et la plus exigeante. Par ailleurs, à cause des puissants télé-objectifs qu'elle requière, c'est aussi la plus dispendieuse. En magasinant pour un super télé-objectif, vous découvrirez un monde d'extrême. D'abord les super télé-objectifs sont lourds... très lourds. Ils sont également encombrants. Et puis ce sont des objectifs dispendieux. Voici les principaux critères à considrer pour choisir un bon objectif pour photographier les oiseaux.

1- Longueur focale (photographie d'oiseaux)

Les oiseaux sont petits et ils sont généralement farouches. Pour parvenir à réaliser des plans rapprochés, il vous faut donc un objectif qui permet un grossissement d'au moins 8 fois (8X).

C'est la longueur focale qui détermine le facteur de grossissement d'un objectif. La longueur focale est affichée en millimètre (mm). Chaque tranche de 50mm procure 1X de grossissement. Un objectif de 50mm ne procure aucun grossissement. C'est notre vision normale (un pour un) ! Un objectif de 400mm procurera 8X de grossissement. Sauf lors de circonstances exceptionnelles, 300mm est la longueur focale minimum requise pour photographier les oiseaux.

2- Luminosité et ouverture (photographie d'oiseaux)

C'est bien connu, les oiseaux volent ! Et lorsqu'ils finissent enfin par se poser, ils bougent constamment. Parfois on dirait même qu'ils vibrent, tellement leurs mouvements sont rapides et saccadés. Figer leur mouvement devient donc tout un défi.

D'autre part, certains oiseaux vivent dans les sous-bois alors que d'autres se cachent dans les buissons. Dans ces situations la lumière est souvent faible ce qui nécessite l'usage d'un objectif qui offre une grande luminosité. C'est la taille de l'ouverture qui va déterminer la quantité de lumière qui traversera l'objectif pour atteindre le capteur (ou la pellicule) de l'appareil. Plus le chiffre d'ouverture "f" affiché sur l'objectif sera petit, plus l'ouverture maximale de l'objectif sera grande et laissera passer plus de la lumière. Par exemple, un objectif f2.8 laissera passer deux fois plus de lumière qu'un objectif f4 et quatre fois plus qu'un objectif f5,6.

En photographie d'oiseaux, plus l'objectif sera lumineux, plus vous serez en mesure de photographier en situation de faibles lumières et/ou de figer le mouvement. Malheureusement, ce supplément de lumière coûte cher... très cher. Un objectif Canon 400mm f/5,6 coûte $ 1200 tandis qu'un objectif Canon 400mm de f/2,8 coûtera la coquette somme de $ 6500.

3- Autres critères (photographie d'oiseaux)

Règle générale, il y a peu à dire de bien significatif au sujet de la qualité des super télé-objectifs f/2,8 et f/4 de 400mm, 500mm et 600mm qui sont offerts par les fabricants reconnus tels que Canon ou Nikon. Ce sont des objectifs fabriqués avec les meilleures verres et avec le plus grand soin. Il y a cependant d'autres fabricants qui offrent ce type d'objectif à moindre prix. Voici quelques critères à considérer.

La distance de mise au point:
Parfois les oiseaux s'approchent de nous sans raison. Pour profiter de ces moments bénis, assurez-vous que la distance minimale de mise de mise au point de l'objectif n'excède pas un mètre par tranche de 100mm de longueur focale. Par exemple, la distance minimale de mise au point d'un objectif de 400mm ne devrait pas excder 4 mètres.
L'autofocus:
En photographie d'oiseaux, la vitesse de l'autofocus de votre lentille est importante. Les oiseaux restent habituellement peu de temps au même endroit. La plupart du temps, vous ne disposerez que de quelques secondes pour effectuer la mise au point. La vitesse d'excution de l'auto focus devient alors cruciale.
Le stabilisateur d'image:
Le premier système de stabilisation "Image stabilizer" a été inventé par Canon. Il a fallu attendre quelques années avant que Nikon emboîte le pas avec son systme "Vibration reduction". Aujourd'hui, rares sont les gros objectifs qui ne sont pas équipés de stabilisateur d'images. Prenez le temps de bien comparer les systèmes de stabilisations des différents fabricants.
Le poids :
Ce critère peut paraître secondaire, mais après avoir marché 10 kilomètres avec votre équipement, vous ne serez plus de cet avis. Une différence d'à peine 1/2 kilo n'est pas négligeable.


4- Le prix (photographie d'oiseaux)

Les super télé-objectifs mis sur le marché par les grands fabricants sont très dispendieux. À moins d'être un vrai passionné, rares sont les photographes amateurs qui pourront se permettent une telle dépense. Voyons un peu ces prix:

300mm f/2,8 environ $ 4000
400mm f/2,8 environ $ 6500
500mm f/4 environ $ 5500
600mm f/4 environ $ 7200

Découragé ? Du calme! Du calme! N'abandonnez pas trop vite votre projet de photographier les oiseaux. Il existe des alternatives !



5- Les alternatives (photographie d'oiseaux)

400mm f5.6 :
Pour les amateurs qui ne disposent que d'un petit budget, il est possible d'obtenir un grossissement de 8X avec une qualité acceptable sans avoir à vider votre compte en banque. Plusieurs fabricants offrent des lentilles 400mm f5.6 de qualité. (p.ex. Canon, Nikon, Pentax)

Certes la luminosité et la qualité de ces objectifs est moindre que les dispendieux objectifs f4 et f2.8, mais il est tout de même possible de réaliser des photos de qualité avec ces objectifs. Les objectifs 400mm f5.6 des grands fabricants coûtent environ 1000 $.
Multiplicateurs:
Une autre alternative consiste à utiliser les multiplicateurs. Il existe sur le marché des multiplicateurs que l'on insère entre la caméra et la lentille et qui augmente la longueur focale de votre lentille. Il y a deux principaux modèles de multiplicateurs. Ceux qui multiplient par 1.4 fois et ceux qui multiplient par 2 fois. Ainsi, si l'on ajoute un multiplicateur 2x un objectif de 200mm, on obtient alors une longueur focale de 400mm. Mais attention ! Il faut cependant considérer que l'utilisation d'un multiplicateur diminue l'ouverture (luminosité) de l'objectif et réduit la qualité des images.
Objectif miroir:
Il y a également les lentilles à miroir qui peuvent être envisagées. Elles ont cependant le désavantage d'avoir une ouverture fixe. Par contre, elles ont l'avantage d'être compactes, légères et peu coûteuses. Avec ces lentilles, il vous sera possible de réaliser des images d'une qualité acceptable. Vous trouverez sur le marché des lentilles à miroir de 500mm (10X) pour aussi peu que $500.
Objectif usag:
Une dernière possibilité consiste à considérer l'achat d'une lentille usage. Par exemple, la compagnie Sigma a longtemps offert un objectif 400 mm, f/5.6 APO de bonne qualité. Bien qu'elle ne le fabrique plus, il est encore asssez facile à trouver sur le marché de l'usager. Mais attention, il ne convient pas aux appareils numériques. De façon générale, avant d'acheter un objectif usagé assurez-vous qu'il convient à votre type d'appareil. Bon nombre d'objectifs usagés ne conviennent pas pour les appareils numériques. Par contre, si vous avez une caméra argentique (pellicule), il vous sera sûrement possible de trouver l'objectif de vos rêves à très bas prix. Accordez toutefois une attention particulière à la distance minimale de mise au point des vieux télé-objectifs.

La photographie d'animaux présente certaines similitudes avec la photographie d'oiseaux, mais il y a certaines distinctions à souligner.

D'abord, les animaux sont généralement plus gros que les oiseaux et la plupart bougent moins rapidement. D'autre part, leurs déplacements sont plus souvent prévisibles et les animaux sont plus facilement accessibles. Par exemple, les safaris guidés permettent d'approcher facilement les animaux car ceux-ci sont habitués à la présence humaine. D'autre part, plusieurs animaux "sauvages" sont gardés en captivité dans les zoos alors que de nombreux autres sont gardés comme animaux de compagnie. Ces deux derniers facteurs permettent aux photographes de passer de longs moments proximité d'animaux "sauvages" et de les photographier sans avoir à utiliser de super-téléobjectif.

1- Longueur focale (photographie d'animaux)

Bien qu'un super-téléobjectif puisse s'avérer utile par moment, vous n'avez pas nécessairement besoin d'un tel objectif pour photographier les animaux. Pour parvenir réaliser des plans rapprochés, un objectif de 300mm est souvent suffisant.

D'autre part, puisque la taille des différentes espèces animales varie normment, il est souvent utile d'avoir un objectif versatile. Un objectif zoom peut donc s'avérer un choix éclairé. Certes la qualité d'un objectif zoom est habituellement moindre que celle d'un objectif fixe, mais sur le terrain vous disposerez d'un outil d'une plus grande flexibilité. Les objectifs zoom sont disponibles en différents modèles:

100-400 mm Grossissement de 2X à 8X
70-300 mm Grossissement de 1.5X à 6X
70-200 mm Grossissement de 1.5X à 4X
28-300 mm Grossissement de -0.5X à 6X

Lorsqu'il est possible de prévoir à quelle distance sera votre sujet, ou lorsque vous avez le temps de changer d'objectif à volonté, rien ne pourra alors remplacer un objectif à longueur focale fixe pour réaliser des images de haute qualité. Un assortiment d'objectifs fixes de 100mm, 200mm et 300mm et 400mm peut alors s'avérer un choix judicieux.

2- Luminosité et ouverture (photographie d'animaux)

Les animaux bougent moins rapidement que les oiseaux et un objectif de luminosité moyenne convient la plupart du temps. Cependant, il parfois utile d'avoir un objectif très lumineux (grande ouverture) pour figer des mouvements rapides tel que les poursuites ou encore pour réaliser des images en situation de faibles éclairages. Des objectifs qui permettent des ouvertures de f4 et même f/2,8 sont alors nécessaires. Toutefois ce supplément de lumière coûte chère. Qu'ils s'agissent d'objectifs zoom ou d'objectifs fixes, je ne vous conseil pas d'acheter une lentille dont l'ouverture maximale serait moindre que f/5,6.

3- Autres critères (photographie d'animaux)

Objectif zoom:
Règle générale, il y a peu dire sur la qualité des objectifs offerts par les fabricants reconnus tels que Canon ou Nikon. Gardez seulement l'esprit que la qualité des images faites avec un objectif zoom est généralement moindre que celle réalisé avec un objectif fixe. Même avec les meilleurs objectifs zoom, la qualité des images diminue au fur et à mesure que l'on s'approche du grossissement maximal de l'objectif. Par exemple, dans le cas d'un objectif zoom 100-400mm, les images prises à 400mm seront de moindre qualité que celles prises à 200mmm.
L'autofocus:
Pour les animaux, la vitesse de l'autofocus de votre lentille est importante. Vous devez aussi considérer la capacité de l'autofocus à fonctionner en situation de faible éclairage.
Le stabilisateur d'image:
Dans le cas d'objectifs lumineux de faible grossissement, le stabilisateur d'image n'est pas indispensable. Il peut cependant s'avérer pratique si vous n'êtes pas en position stable (p.ex. bateaux, véhicules en mouvement, etc.)

Sans doute la plus accessible et la plus répandue des disciplines photographiques. Toutefois, la pratique avancée de la photographie de paysages nécessite elle aussi des techniques et des objectifs qui lui sont spécifiques.

1- Longueur focale (photographie de paysages)

La photographie de paysages est le royaume de l'objectif grand angulaire. De par leur nature, les paysages sont vastes. Qu'il s'agisse de montagnes, de forêts ou de lacs, vous aurez besoin d'un objectif dont le champ de visé sera suffisamment large pour tout saisir.

Lorsqu'on est incapable de toute saisir la scène à photographier, nous avons tous le réflexe de reculer. C'est en gros l'effet que vous obtenez lorsque vous utilisez un objectif de moins de 50mm. Alors que l'objectif 50mm représente assez fidèlement ce que l'oeil humain voit, l'objectif de 25mm donne une vision deux fois plus éloignée de la scène et cela sans avoir à faire un pas vers l'arrière. Pour sa part, un objectif de 14mm donnera l'impression d'être 4 fois plus éloigné. Les objectifs grands angles permettent donc de photographier de grandes scènes à des distances rapprochées.

Le choix d'un bon objectif pour paysage n'est pas aussi simple qu'on peut le penser. C'est d'autant plus compliqué que plusieurs nouveaux appareils numériques sont munis de petits capteurs et que cela cause un effet de rapprochement de l'image qui peut aller jusqu'à 1.6X selon le type de capteur de votre appareil photo. Avec les modèles d'appareils numériques à petit capteur, il faut recourir à de très grands angulaires pour obtenir des résultats similaires à ceux obtenus avec des appareils munis de grands capteurs. Tout une gamme de nouveaux objectifs de 18mm, 16mm, 14mm et même 10mm ont été développés pour répondre à ce besoin.

Par bonheur, plusieurs nouveaux objectifs "zoom" de bonne qualité sont également disponibles. Ces objectifs ont le grand avantage d'offrir des longueurs focales variables, donc des angles de visés variables. Par exemple, l'objectif "zoom" Tamron 18-250mm offre une large gamme de longueurs focales. Ce genre d'objectif peut à la fois servir de grand angulaire et de télé-objectif. Cependant, il faut se méfier de certains objectifs à large gamme de longeur focale. La qualité de certains modèles peut s'avérer décevante aux deux extrémités. Les meilleurs objectifs "zoom" pour la photographie de paysage couvre une gamme de longueurs focales qui excède rarement plus d'une quarantaine de mm d'écart (p.ex. Canon 16-35mm).

Je ne peux passer sous silence l'existence d'objectifs spcialisés servants à produire certains effets spéciaux. Le plus connu est sans doute l'objectif hypergone ou "oeil de poisson". Cet objectif procure un angle de visé de 180 degrés. Pointé vers le ciel, l'angle de visé va de l'horizon droit à l'horizon gauche. Ce genre d'objectif produit parfois des images spectaculaires.

En résumé, un photographe paysagiste peut transporter dans son sac un heureux mélange d'objectifs fixes et zooms tel que :

  • Un objectif hypergone
  • Un zoom 17-40mm
  • Un objectif 50mm
Et si la photographie de paysage n'est pas votre spécialité première, faite comme moi ! N'apportez qu'un excellent objectif Zoom ! Je ne quitte jamais la maison sans mon objectif Canon zoom 17-40mm.

2- Luminosité et ouverture (photographie de paysages)

Pour la photographie de paysages, l'ouverture maximale de l'objectif est un facteur négligeable à comparer avec la photographie d'oiseaux ou la macroscopie. Contrairement à ces autres spcialités, la petite longueur focale des objectifs et l'immobilité des paysages n'obligent pas le photographe à recourir à des vitesses d'obturateurs élevées pour figer l'image. C'est d'autant plus vrai si de surcrot vous utilisez un trépied. Ainsi, une ouverture minimale de f4,0 conviendra pour la plupart des besoins. Évidemment, si vous avez les moyens de vous payer un objectif f/2,8, f/2,0 ou même f/1,4, tant mieux pour vous, mais ce n'est pas vraiment indispensable.

Si vous avez l'intention de photographier à l'intrieur (portrait, nature morte, etc.), vous devrez peut-être songer à acquérir un objectif d'une ouverture maximale de f2.8 . À l'intrieur, un objectif de grande luminosité n'est jamais à dédaigner.



3- Autres critères (photographie de paysages)

Qualit/Prix:
Tous les fabricants offrent des objectifs pour la photographie de paysages. De façon générale, les objectifs offerts par les fabricants reconnus tels que Canon ou Nikon sont de qualité suprieure. Parmi la gamme d'objectifs qu'ils offrent, certains sont cependant meilleurs que d'autres. Vous trouverez plusieurs sites web spécialisés qui publient des analyses comparatives d'équipements photographiques. Les analystes utilisent des technologies de pointe pour comparer la performance des divers objectifs disponibles sur le marché. Je vous conseil de visiter ces sites et de lire les résultats de leurs analyses avant de faire votre choix.

Si vous ne pouvez pas vous permettre d'acheter les objectifs des grands fabricants, plusieurs compagnies tel que Tamron, Sigma et Konica commercialisent des objectifs de bonnes qualités à bien moindre prix. Par exemple, Sigma offre un objectif 15mm f/ 2,8 pour $ 549 alors que vous paierez $ 1750 pour l'objectif Canon 14mm f/2,8.
L'autofocus:
Offert sur la plupart des objectifs, pour la photographie de paysage, ce facteur est plutôt secondaire. En temps normal, vous disposez de tout le temps nécessaire pour faire une bonne mise au point.
Le stabilisateur d'image:
Quelques objectifs grands angles offrent maintenant le stabilisateur d'image. Si vous photographiez un paysage avec un objectif de courte longueur focale et qu'en plus vous utilisez un trépied, le stabilisateur est un luxe dont vous pouvez très bien vous passer. Cela dit, cette fonction peut s'avérer utile pour les photos prisent à mains levées, celles prisent à bord d'un vhicule en mouvement ou lorsque l'clairage est très faible (la nuit par exemple).